Ensemble ils améliorent la qualité de l’eau du port d’Anvers

Le gouvernement flamand, Port of Antwerp et l’entrepreneur SeReAnt (partenariat entre les entreprises environnementales de Jan De Nul Group et de DEME) ont entamé en août 2020 le dragage et le traitement des boues de dragage les plus polluées du port : les boues contaminées au TBT. « Après des années de recherche, nous avons enfin trouvé une solution à cette pollution historique. C’est une première mondiale et une étape importante pour la Flandre et le port d’Anvers », déclare Lydia Peeters, ministre flamande de la Mobilité et des Travaux publics. « Nous allons éliminer les boues les plus polluées du port. Par conséquent, la qualité de l’eau sera considérablement améliorée. »

 

Pollution par la peinture des navires

Le gouvernement flamand et Port of Antwerp garantissent ensemble l’accès aux docks du port d’Anvers aux navires contemporains. Chaque année, d'immenses quantités de boues sont dès lors draguées et traitées par l'installation de déshydratation AMORAS. « Jusqu’à présent, nous ne pouvions pas traiter uniquement un type de boue spécifique, à savoir les boues à hautes concentrations d'organoétains ou de tributylétains, en abrégé TBT », indique Yi-Bin Shan, responsable du service de l’Accès maritime du département Mobilité et Travaux publics. « À partir des années 1970, le TBT a été utilisé dans le monde entier dans la peinture des navires pour empêcher le développement de moules et d'algues sur les coques, mais il est complètement interdit depuis 2003. En effet, ce produit est extrêmement nocif pour l'environnement et se décompose difficilement. Pendant toutes ces années, les boues ont retenu le TBT comme une éponge et le rejettent progressivement. Cela perturbe le métabolisme et le fonctionnement hormonal des coquillages principalement, comme les moules et les bigorneaux. »

 
Le seul port au monde

« En collaboration avec l'Université d'Anvers, nous cherchions depuis plusieurs années comment éliminer le TBT du port », explique Jacques Vandermeiren, le CEO de Port of Antwerp. « Nous sommes fiers de pouvoir enfin traiter cette pollution historique. Actuellement, la qualité de l'eau dans les docks du port est inférieure à la norme européenne. Elle sera considérablement améliorée à l’avenir grâce à ce projet. En tant qu'entreprise portuaire, il est important pour nous de prendre nos responsabilités envers la société. Nous sommes ainsi le premier port au monde qui à la fois élimine et traite durablement des boues polluées ! » Le gouvernement flamand et Port of Antwerp libèrent conjointement les ressources nécessaires pour le dragage et le traitement des boues de dragage les plus polluées. "La Flandre fournit 25 millions d'euros par an pour le fonctionnement d'AMORAS. Nous faisons maintenant un investissement supplémentaire de 700 000 euros par an pour éliminer les boues contaminées au TBT de manière écologiquement responsable. Nous augmentons ainsi l'accessibilité du port, une tâche importante du gouvernement flamand", déclare la ministre flamande Lydia Peeters. "Port of Antwerp a investi 1 million d'euros pour la phase préliminaire du projet et dégagera chaque année 1,5 million d’euros pour le traitement des boues contaminées au TBT.", poursuit l'échevin du port Annick De Ridder. "Port of Antwerp veut être une source d'inspiration pour les autres ports et jouer un rôle de pionnier dans le domaine de la durabilité."

 

800.000 m³ de boues durant les cinq prochaines années

Le traitement de la totalité des boues polluées dans le port d'Anvers est un travail de longue haleine. Un projet pilote a été lancé en 2018 après l'obtention des permis nécessaires et quelques modifications de la station d’épuration des eaux. « Nous avons ajouté une étape supplémentaire dans nos processus et installé des filtres à charbon actif. Ils filtrent les substances toxiques contenues dans l'eau après son passage dans notre station d'épuration », explique Yi-Bin Shan, responsable du service de l’Accès maritime. « Pendant ce projet pilote, nous avons déjà dragué, transporté et traité à AMORAS 185.000 m³ de boues fortement polluées. Nous avons pu ainsi correctement évaluer l’impact sur la station et tous les risques éventuels. Un contrat a finalement été conclu pour éliminer et traiter 800.000 m³ de boues dans les docks du port et en faire jusqu’à 500.000 tonnes de gâteaux de filtration durant les cinq prochaines années. Nous allons d’abord nous concentrer sur les boues qui empêchent l’accès nautique et sur les zones les plus contaminées au TBT dans la partie sud, plus ancienne, du port. Nous nous occuperons ensuite des autres zones. »

 

Quelle est la méthode appliquée ? 
  1. Les boues polluées au TBT sont draguées dans le port. Une benne preneuse environnementale de 15 m³ est utilisée pour éviter la propagation de la pollution dans les eaux environnantes.

  2. Les boues de dragage sont acheminées jusqu’à la station de traitement d’AMORAS dans des conteneurs de transport de 2400 m³.

  3. SeReAnt, l’entrepreneur qui exploite la station d’AMORAS, pompe les boues hors des conteneurs de transport et les envoie à la station de traitement.

  4. Les impuretés grossières et le sable sont éliminés.

  5. Les eaux usées sont purifiées dans une installation d’épuration. Les boues de TBT sont également purifiées par du charbon actif. Elles sont ensuite renvoyées vers les docks.

  6. Les boues sont transformées en un produit final sec : des gâteaux de filtration qui sont stockés en toute sécurité sur le site.

 

AMORAS : une collaboration innovante entre le gouvernement, le port et les sociétés de dragage

 

Par le biais d’AMORAS, le gouvernement flamand et Port of Antwerp assurent ensemble le stockage et le traitement durables et à long terme des boues de dragage d'entretien des docks du port d’Anvers. L’acronyme AMORAS désigne « Antwerpse Mechanische Ontwatering, Recyclage en Applicatie van Slib » (déshydratation mécanique, recyclage et application de boues à Anvers). Le département Mobilité et Travaux publics fournit 80 % des fonds, et Port of Antwerp, les 20 % restants. Depuis 2011, l’installation de déshydratation transforme chaque année 450.000 tonnes de boues de dragage en gâteaux de filtration. L’association momentanée SeReAnt exploite l’installation. SeReAnt est un partenariat entre les entreprises environnementales DEC de DEME Group et Envisan de Jan De Nul Group. AMORAS cherche des solutions pour réutiliser dans des applications utiles les matières sèches obtenues à partir de boues déshydratées non polluées. Il existe différentes pistes, et l’industrie du béton est particulièrement intéressée par les gâteaux de filtration.